juin 28, 2007

Questionnaire en 4 livres.

Thème : Réponse à l'invitation de R. Naim

Il s'agit donc par une sorte de questionnaire de Proust un peu remanié de dire quels sont les livres et plutôt les romans qui comptent pour soi. Que cela ne devienne surtout pas un lit de Procuste, c'est plutôt un lit de pétales de la fleur préférée que l'on va respirer de temps en temps pour convoquer en soi d'autres temps.

Merci R. Naim de votre invitation à ce jeu qui mine de rien comme tous les jeux m'a contrainte à des élucidations et à des choix.

Les 4 histoires de mon enfance :


Je pense que mon premier émoi littéraire, c'est avec Le Petit chaperon rouge de C.Perrault, et en particulier au travers une représentation théâtrale que j'ai vue entre l'âge de 3 et 4 ans.

Je vous conseille d'ailleurs une visite ici Contes de fées.

Si la suite vous intéresse c'est par là :




Le Livre de la Jungle de R. Kipling s'impose avec force, tout comme cette couverture d'une édition de 1919 .

Nul besoin de réfléchir.








Là j'ai grandi un peu, et j'ai démarré la collection des bibliothèques rose et verte.

Fantômette était l'une de mes séries préférées, ave Alice un peu plus tard il me semble.




Guerre et Paix que j'ai lu alors juste parce qu'il était gros, m'a réellement passionné.








Les 4 histoires que j'ai relu, relirai... :

La Vie devant soi de Romain Gary (alias E. Ajar).

Billy-Ze-Kick de Jean Vautrin.


Le vieux qui lisait des histoires d'amour de L. Sepulveda.


J'aurais bien mis Les Funérailles de la grande-mémé de G. Garcia Marquez mais comme tout le monde si j'ai bien compris plébiscite cet auteur (et franchement je comprends pourquoi), je vais élire L'Arc-en-Ciel de DH Lawrence.


Les 4 autres histoires que je conseille, à vous de voir si cela peut correspondre pour vous à une première :

La maladie de la mort de M. Duras.

Sardines de N. Farah.

Tous nos voeux : l'énigme du Kol Nidré de M. Steiner.

Puis, là encore j'hésite... entre deux couleurs cette fois : Mon nom est rouge d'O.Pamuk ou
Le Monde gris de G. Tschinag.




Les 4 histoires que je suis en train de finir de lire ou relire :

Karl Marx ou l'esprit du monde, une biographie de J. Attali.
Partir de T. Ben Jelloun.
Les Derniers rois de Thulé de J. Malaurie que je relis après avoir réentendu un entretien de cet homme et qui m'a rappelé pourquoi j'avais choisi d'étudier l'ethnologie et la sociologie.
Réenchanter le monde : la valeur esprit contre le populisme industriel de B. Stiegler, un philosophe que j'apprécie beaucoup et dont vous pouvez écouter des conférence ici Bernard Stiegler.

Les premiers mots de l'une de mes histoires préférées :
"La première chose que je peux vous dire c'est qu'on habitait au sixième à pied et que pour Madame Rosa, avec tous ces kilos qu'elle portait sur elle et seulement deux jambes, c'était une vraie source de vie quotidienne, avec tous les soucis et les peines. Elle nous le rappelait chaque fois qu'elle ne se plaignait pas d'autre part, car elle était également juive. Sa santé n'était pas bonne non plus et je peux vous dire aussi dès le début que c'était une femme qui aurait mérité un ascenseur.

Je devais avoir trois ans quand j'ai vu Madame Rosa pour la première fois. Avant, on n'a pas de mémoire et on vit dans l'ignorance. J'ai cessé d'ignorer à l'âge de trois ou quatre ans et parfois ça me manque". C'est Momo qui parle dans La Vie devant soi, R. Gary.

Les derniers mots de l'une de mes histoires préférées :
Là encore, cela est bien difficile de choisir mais après avoir relu les dernières pages de quelques ouvrages et par respect pour la Bagheera de mes jeunes années , j'opte pour : "Elle était plus grande encore qu'il ne l'avait pensé quand il l'avait vue pour la première fois. Malgré sa maigreur c'était une bête superbe, un chef d'oeuvre de grâce impossible à reproduire, même en imagination. Le vieux la caressa, oubliant la douleur de son pied blessé, et il pleura de honte, se sentant indigne, avili et en aucun cas vainqueur dans cette bataille.

Les yeux brouillés de larmes et de pluie, il poussa le corps de l'animal jusqu'au bord de la rivière et les eaux l'emportèrent dans les profondeurs de la forêt, vers les territoires jamais profanés par l'homme blanc, vers le confluent de l'Amazone, vers les rapides où des poignards de pierre se chargeraient de le lacérer, à tout jamais hors d'atteinte des misérables nuisibles. Puis il jeta rageusement le fusil et le regarda s'enfoncer sans gloire. Bête de métal honnie de toutes les créatures.

Antonio José Bolivar ôta son dentier, le rangea dans son mouchoir et sans cesser de maudire le gringo, responsable de la tragédie, le maire, les chercheurs d'or, tous ceux qui souillaient la virginité de son Amazonie, il coupa une grosse branche d'un coup de machette, s'y appuya et prit la direction d'El Idilio, de sa cabane et de ses romans qui parlaient d'amour avec des mots si beaux que, parfois, ils lui faisaient oublier la barbarie des hommes". Le Vieux qui lisait des romans d'amour, Luis Sepulveda.

Les 4 que j'emporterais sur une liste déserte : Trop dur. Devant de tels choix, j'ai tendance à faire table rase, à décréter n'avoir besoin de rien et à partir les mains dans les poches en me disant que je trouverai sûrement sur place ou à défaut que ce sera vraiment l'occasion pour développer un goût pour autre chose ^^

Les 4 auteurs que je ne lirai jamais :
Ce devait être "Les 4 auteurs que je ne relirai jamais" mais mon expérience concorde avec celle de R. Naim. Il y des livres qui tombent parfois des mains, et le suivant est un régal. Le même livre parfois à des années d'intervalle plaît, alors qu'il avait d'abord lassé... et inversement.

Mais ceux là par contre, c'est sûr jamais je ne les ouvrirai, la vie est trop courte pour perdre du temps avec :
Dan Brown et son Da Vinci Code (je jure que je n'ai pas craqué).
F. Beigbeder et ses produits.
A. Gavalda, je sais pas pourquoi, je ne sais même pas de quoi ça parle et je ne veux surtout pas le savoir. C'est peut être juste parce que ça commence comme gaver.
H. Potter et ses produits mais là c'est sûr à 10 ans j'aurais craqué.


Les 4 internautes ou blogeurs auxquels je passe la main :

D'abord à tous ceux qui voudront bien partager cela avec nous (lecteurs de passage, collègues, parents d'élèves, lycéens ou étudiants).

Mais une pensée particulière pour trois collègues :
Marjorie Galy.
Renaud Chartoire.
Cycee.
et un quatrième qui nous enrichit chaque jour de ses trouvailles :
François Guitef.


Un grand merci à eux pour leurs réponses rapides :
François ne se joindra pas à nous mais que cela ne vous empêche pas de lui faire une place dans vos favoris ;o).
Les livres de Renaud.
Margot et Cycee m'ont dit qu'elles s'y collaient. Je leur fais confiance, le résultat ne saurait tarder.
Qu'est-ce que je disais...
Cycee se livre en livres.

4 Comments:

At 30 juin, 2007 13:30, Anonymous Naim said...

Merci d'avoir répondu à l'invitation. Quelle liste! Il y a des lectures communes mais je vais tâcher de suivre quelques unes de vos suggestions.

Bon blog.

 
At 02 juillet, 2007 11:23, Blogger N. Vincent-Duschet said...

C'est moi qui vous remercie R. Naim. Cela m'a fait farfouiller dans ma bibliothèque, exhumer des ouvrages de l'oubli et de la poussière...

Je suis quand même tout à fait certaine d'en avoir oublié.

On devrait faire la même chose avec des écrits scientifiques non ? mes lectures de Jean-Pierre Vernant, de Michel Foucault, de Bachelard par exemple, ont constitué pour moi de très fortes expériences de pensée.

A bientôt.

 
At 03 juillet, 2007 03:08, Anonymous Naim said...

Les écrits scientifiques seront difficile à mettre en place. Vous imaginez des physiciens et des biologistes qui parlent de leurs lectures scientifiques. Tous nos lecteurs vont fuir :-) Ceci dit, Gaston Bachelard et son analyse des "filles du feu" de Gérard de Nerval, quelle expérience! Ou encore les écrits de Edward Said sur les rapports de la science et l'idéologie cachée, surtout dans L'Orientalisme et Culture et Impérialisme...

A bientôt.

 
At 03 juillet, 2007 07:30, Blogger N. Vincent-Duschet said...

Vous avez peut être raison :-), mais certains de ces écrits gagneraient quand même à être connus, par exemple Stephen Jay Gould, un paléontologue américain. Enfin bon ce n'est pas trop ma partie mais je regrette bien le saucissonnage moderne qui nous endueille d'une partie des savoirs.

E. Saïd fait partie des auteurs que je ne connais pas et vous m'avez permis de repérer justement...

Bonne journée.

 

Enregistrer un commentaire

<< Home